Friday, December 22

Women in Huron County Lose Help

The executive director of Women Today of Huron says cutbacks to the Status of Women will make it very difficult for women's groups to access federal funding.

Pam Hannington says describing a project in terms of accountability and measurable progress that the federal government requires is not easy. But she says that's what staff at the Status of Women office in London did for women in Huron County.

Hannington says once the cuts have been made, the closest office will be in Ottawa and staff across the country will be reduced to twelve people. She says the workload will be tremendous and a lot of women's groups will be left to fend for themselves.


Oda says: Savings mean more direct money for Canadian women

By Bev OdaThe Hamilton Spectator(Dec 21, 2006)

It is important to be clear on the recent changes Canada's new government has made to Status of Women Canada (SWC) and the benefits this will bring to women across the country.

Canada's new government was elected because of its promise to deliver value for taxpayer dollars........

........We did not streamline SWC to return $5 million to government coffers. We streamlined SWC to deliver $5 million more in programming for women in Canada.

Thursday, December 21

What's New at ?

Visit a website created to provide background on Status of Women Canada (SWC) and related issues.

At you will find objective information about the federal agency, along with tools and motivation for people to lobby the federal Conservatives to revisit changes made to the agency's funding and objectives.

Conservative cuts to funding of women's groups are short-sighted

The words "equality," "advocacy" and "action" were quietly removed from the Terms and Conditions of the SWC mandate, and from various SWC documents, such as its website - a chilling process that attempts to change history.

The tactic was borrowed from the Bush administration's handling of women's organizations in the U.S. Oda also eliminated virtually all funding for research, and made it impossible for women's organizations involved in advocating or lobbying governments to be eligible for SWC money. At the same time, Oda made for-profit organizations eligible for SWC funding.

What does this mean? It means that if Shell or Microsoft or Bell want to start a trainee program for women, they might get taxpayer money to do so, but regional, provincial/territorial or national women's organizations that deal daily with Canadian women and families on issues of violence or health or poverty can no longer get government funding from SWC for research. Nor can they educate government officials or policymakers with their knowledge and experience.

The Harper government has made a serious miscalculation if it believes that Canadians consider equality - women's or anyone's - and advocating for equality issues, a partisan or an ideological issue. Grassroots women's organizations employ a host of women and men with various political leanings, and work for communities that vote for all political parties.

Equality is a Canadian value, not an ideological option. Advocating for equality to improve public programs is not partisan, but simply good public policy. And funding organizations (a pittance) to educate our elected officials through both research and experience can only benefit all Canadians, and ensure the most efficient delivery of services to all regions.

Montreal Gazette (subscription) - Montreal,Quebec,Canada Read the entire article at status

Tuesday, December 19

MPtv - Dawn Black on cuts

MPtv presents a video recorded on Parliament Hill featuring an interview with Dawn Black MP discussing women's rights and recent federal government program funding cuts to the Status of Women. Includes Bev Oda footage.

Video is 9:35 - click on image to view

Edited Evidence - FEWO - Standing Committee on the Status of Women

Study: Potential impact of recent funding and program changes at Status of Women Canada. The transcript for the meeting held December 6, 2006 can be found here

Ms. Leslie MacLeod (President, Provincial Advisory Council on the Status of Women - Newfoundland and Labrador): " I am here from Newfoundland and Labrador. I come here with the women in the province with me in spirit. They had a message for me to bring, and that is that women are not equal simply because somebody says this is so. We know that women are not equal. We have not achieved equality yet."

Ms. Andrée Côté (Director, Legislation and Law Reform, National Association of Women and the Law): ".....the current minister for the Status of Women, Ms. Bev Oda, stated, during a meeting with the representatives of women groups last October that those who spoke out against inequality of women were exaggerating, that they were victimizing women and that, when all was said and done, they were all somewhat hysterical.

........The loss of the NAWL would mean the loss of a unique voice that has been making itself heard for 30 years on the federal scene, one of the rare voices to defend the rights of women in crucial areas such as family law, violence against women, poverty, pay equity, the protection of human rights, immigration law reform and the constitutional and international rights of women. "

Ms. Leilani Farha (Co-Chair, Human Rights Committee, Canadian Feminist Alliance for International Action): On the change in the SWC mandate by removing the words “equality” (also “political” and “legal”): "..... by removing the three that you mentioned--equality, political, and legal--basically it straps women, it makes women unable, in our opinion, to make the gains necessary to reach equality. They're saying on the one hand that we've reached equality, so don't work on it, and they're taking away the means we would normally use to ensure our equality: political means and legal means."

Ruth Larson - Halifax - Retired CUPW activist

Re: "Conservatives to close most Status of Women offices" (Nov. 30).

I am disgusted, sickened and appalled that the Conservative government is continuing to demonstrate the utmost lack of respect for Canadian women!

I volunteered for many years at the Status of Women office in Labrador City, taking on various positions in the organization. We struggled to s−t−r−e−t−c−h the dollars from the small amount of money that the organization was getting. We paid low salaries to the professionals who worked at the office; we brought our own food for all events; we billeted any guest who came to town; we shared beds and homes; we begged from the community and we struggled along.

This was one place where I saw many women, young and old, gain self−confidence and develop skills such as speaking, writing, socializing and learning.

Children came to play.

We learned more and more about the injustices of our society towards women and what we can do about it. We gained comradeship, friendships, trust in each other; and we made lifelong friends while learning every day.

It is shocking how the Conservative government is hacking at women's livelihoods and eroding many years of hard work, determination and confidence.

Women need to take a minute and see what is happening: We are going backwards 50 years or more. We must speak out now.

Men need to support us in our continuing struggle for fairness, equality and justice.

PUBLICATION: The Chronicle−Herald
DATE: 2006.12.06
SECTION: Letters

Show leadership on child care

"Charles Pascal and Margaret McCain remind us that affordable, quality child care will go a long way in improving the early development and lifelong opportunities of children. But, let us also remember that child care is an equality issue for women."

Letter to the Editor: Toronto Star

Saskatoon Child-care operators waiting for subsidies

In April, the government announced the largest single-year increase in the history of the 30-year-old child-care subsidy program -- $3.6 million -- would take effect Sept. 1. But some child-care operators have received neither the additional promised funds nor their usual subsidy.

Full article at the Star Phoenix

$24-million government plan to improve the lives of Quebec women lacks specifics

While women's groups and unions were relieved to see two government bodies - the Council for the Status of Women and the Secretariat a la condition feminine - maintained, they said the plan announced yesterday smacks of pre-electioneering.

The Charest government has increased the cost of daycare 40 per cent, stalled on the pay-equity dispute, and barred mostly female at-home daycare workers from unionizing, the women said. There had been rumours that the Council and the Secretariat would be abolished or merged.

For women, "equality is a non-negotiable principle, a principle that defines us as much as the language we speak," Theberge said yesterday.

Full article at the Montreal Gazette

Monday, December 18

Cartoonist Mike Constable's take on Harper's "New Canada"

To view this recent animated cartoon created by Mike Constable - click the cartoon at left
Related Source: Visit the Union Art Service

Sunday, December 17

YouTube - Caroling for Carol Skelton

Caroling for Carol Skelton00:29
Protesting the cuts the Conservative government has made to the Status of Women as well as the closures of two offices in Saskatchewan, people sang Christmas carols with special lyrics to bring some holiday cheer.

Click on picture to watch

YouTube - Dec 10 Rally

The Women's Rally (10 Dec, 2006)06:31
Women marched from the Supreme Court to the Women's Monument on Parliment Hill.

Click on picture to watch

Winnipeg Sun - Arghhh !

Tom Brodbeck supports the cutbacks dealt to women's groups by the Harper Government. He writes:

  • Status of women groups are just a bunch of socialists : Brodbeck writes :"The truth is, status of women groups exist largely to push the leftist, socialist agenda in Canada. They're not as interested in women's issues as they are in socialist issues. They just package it as women's issues. "
  • Child care is NOT a women's issue: Brodbeck writes : "For example, they try turn child care into a "women's issue," which is nonsense. I'm a man. I use and pay for child care. I see many other fathers and grandfathers bringing their children and grandchildren to and from child-care centres. It's not the exclusive domain of women. Child care is a "family issue," not a "women's issue." But the status of women groups use their interpretation of child care as a women's issue to promote their socialist, national child care agenda. "
  • Poverty is NOT a women's issue: Brodbeck writes: "They also try to turn poverty into a "women's issue," as if women are the only ones who experience poverty. Poverty is a societal issue -- for kids, women and men. It's not exclusively a women's issue. But if you oppose any of the status of women's socialist solutions to poverty, they accuse you of attacking women's rights. "

The entire article is here

Friday, December 15

Bloggers list "Five things feminism has done for me"

by Ginette Petitpas-Taylor : "There is a silver lining to the dark clouds blown in by recent federal government cuts to support of equality-seeking Canadians. "

"The attacks forced some to think about how our lives would be different without the women's movement. "

What would your list look like?

Related addresses:
eMail 1:
Complete article posted on Straight Goods

Money to shelters can't justify cuts for advocacy

Federal Conservative MPs are calling women's shelters in their local ridings to solicit applications for grants from Status of Women Canada, says the Ontario based provincial association of women's shelters. According to the association, the calls from MPs are inappropriate because they favour shelters represented by Conservatives and other shelters aren't being urged to apply.

Read the entire article at

Thursday, December 14

Irene in Parliament

December 13th, 2006 Statement in the House On Cuts to Status of Women

Mrs. Irene Mathyssen (London—Fanshawe, NDP):Mr. Speaker, women in Canada are concentrated in low wage and part time jobs. They make only 71¢ for every dollar men make.

Women make up only 20.8% of this House of Commons and, shamefully, one in five Canadian women live in poverty.

On Sunday, in every province and every territory across the country, women told the Conservative government that enough was enough. Women are not happy with the government’s slash and burn tactics on the mandate and funding for Status of Women. Women are not happy with the last 13 years of broken promises from the Liberals. The so-called Liberal pink book is a testament to what the Liberals never did.

Women in this country deserve equality, child care, affordable housing and they deserve equal pay. Both the Conservatives and the Liberals have refused to address these issues, leaving women still fighting for equality in 2006.

The entire NDP caucus stands behind the call to reverse policy decisions made by the Conservative government that effectively work against women’s rights.

The Year in Review: Top 50 freakouts?

The Hour has created a list of the top 50 freakouts of 2006 and inclluded the following:

38. Feminist lobby and advocacy groups lose their legal edge this past September when the minister in charge, Bev Oda, defends the Conservatives' cuts and the Status of Women loses 40 per cent of their funding because she believes the move is "good for women." More like good for Conservatives who don't want "women's rights" cogs tossed into their right-wing wheels.

To read the entire article - click here

Wednesday, December 13

Oda believes women's office hinders equality ??

OTTAWA - Status of Women Minister Bev Oda says the Conservative government has removed "equality'' from the mandate of the status of women program because it wants to instil the belief in equality in every government department, agency and office.

"A lot of issues are not women's issues, they're Canadian issues,'' Oda said, explaining the government philosophy behind a series of moves that have provoked a week of Opposition criticism and protests by women's groups.

Women's rights representatives say the government is removing the raison d'etre of the status of women department set up in the 1970s after a royal commission documented widespread inequality between the sexes.

To read full article, click here
Juliet O'NeillCanWest News Service; Ottawa CitizenWednesday, December 13, 2006

Tuesday, December 12

Transition House Association of Nova Scotia (THANS)

Nova News Now : Dec 12, 2006

Chrysalis House director Rhonda Fraser says women across the province are protesting millions of dollars worth of federal cuts to the Status of Women program. She says these cuts will have an impact on abused women in the Valley area.

"With cuts to the funding for research that has as its intention advocacy or lobbying, how will positive changes be made and the voices of the most vulnerable be heard?”Fraser asked.

"Most equality-seeking women's organizations, like transition houses, don’t have the funding to undertake research on our own. The Status of Women funding over the years has been a vital component of services for women experiencing violence and abuse,”she said.

Representatives of the Transition House Association of Nova Scotia (THANS) have requested meetings with their MPs to explain their opposition to several decisions taken recently by the federal government.

Political gender gap

Toronto Star Dec. 12, 2006. 01:00 AM
New Liberal Leader Stéphane Dion, in a bid to see more women in Parliament, says he will hand-pick women candidates to run in selected ridings across Canada in the next election.

Women comprise half the Canadian population, yet they represent only 20.7 per cent of the current members in the House of Commons. The Liberals have just 21 women MPs, a fifth of their 102-member caucus, while the governing Conservatives have only 14 women among their 124 MPs, or 11 per cent.

Status of Women office in Saskatoon affected by federal gov't cuts

About 30 protesters showed up Monday at the office of Conservative cabinet minister Carol Skelton to condemn the federal government's closure of Saskatoon's Status of Women office

The closure of Saskatoon's Status of Women office by the Conservative government is an attack on society's social fabric, protesters said at a rally outside Conservative MP Carol Skelton's office.

Members of local women's groups gathered Monday afternoon to protest the closure of 12 of the federal agency's 16 offices across Canada. They protested outside Skelton's office because she's Saskatchewan's lone federal cabinet minister.

  • Complete article here .
  • Photograph by : SP Photo by Richard Marjan
  • Jeremy Warren: The StarPhoenix
  • Published: Tuesday, December 12, 2006

Funeral for a friend

Funeral for a friend: Winnipeg actvists say goodbye to Status of Women Canada as she was - "Status of Women Canada and her mandate for equality for women was born in 1971. She arose out of the hopes, dreams and hard work of grass roots women of Canada through the Royal Commission on the Status of Women ..."

The funeral eulogy drew attention to the fact that the losses of our friend the SWC is premature given that many inequities women faced in 1971, when SWC was established, are still the reality in Canada.

Monday, December 11

CAW Joins Code Blue Childcare Campaign

Julie White (CAW Dir. Women's Dept): "There's a real ground swell of support around childcare right now. We're seeing it not just among women; we're seeing it in communities across the country where women and men are coming out to rallies. They are talking about childcare. There was a radio call in show today that went on for two hours where people were calling in and talking about childcare."

To view the complete video from the CAW website, click here

CAW Urges Activists To Fight Right Wing Attack On Women's Rights

Carol Phillips (Assistant to CAW National President): "I want you to expect; I want you to create; I want you to participate in spontaneous acts of rebellion at an increasing pace as we remind these reformers, this really is the Reform Party that we are dealing with here, these Reformers in Conservative clothing, just how much is at stake here."

To view the complete video from the CAW website, click here

Sunday, December 10

Video and Media Coverage

CTV news video is here
CTV print coverage is here

65 Photos

65 photos were uploaded to photobucket and a slideshow can be viewed here

1000 women and their allies gathered Sunday for a rally at the Supreme Court of Canada

1000 women and their allies gathered Sunday for a rally at the Supreme Court of Canada to draw attention to one Tory cut - the abolition of a program that helped women pay for lawsuits defending their equality rights.

"This government is trying to shut us out of access to justice, trying to silence women's advocacy, but we will not accept to be silenced," said Andree Cote of the National Association of Women and the Law.

The coalition wants the funding cuts restored but doesn't stop there. It's also pressing for increased spending on day care, and for stronger legislation to guarantee pay equity between men and women.

The Ottawa event capped a weekend of protests by groups across the country.

Saturday, December 9

Sunday December 10th - Ottawa Rally and March

On December 10th, International Human Rights Day, Canada will mark the 25th anniversary of its ratification of the UN Convention on the Elimination of all Forms of Discrimination against Women (CEDAW).

Instead of celebrating this historical milestone, women in Canada are mobilizing to ensure that governments honour and respect their international and domestic human rights commitments.

This is because over several months now, the federal government has acted in ways that deny most women’s realities, undermine women’s access to justice, and abandon its own obligation to advance women’s human rights in Canada.

Women from the Montreal, Toronto and Ottawa area will gather in front ofthe Supreme Court of Canada at 1:30 pm and march to the Famous Five Women'sMonument on Parliament Hill to demand that Prime Minister Stephen Harper honour his election commitment to uphold women's equality and human rights.

Events Elsewhere:

  • Women Nobel Peace Laureates send a letter to Prime Minister Harper : "We women Peace Laureates of the Nobel Women’s Initiative are writing to express our concerns about recent decisions which may jeopardize the historic efforts by Canada to achieve women’s full equality, at home and abroad. On December 10th, International Human Rights Day and the 25th anniversary of Canada’s ratification of the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination, we will stand in solidarity with women’s organizations across Canada in urging you to honour and respect international and domestic human rights commitments."

  • PEI women say:""Every Canadian woman, mother, grandmother,sister, aunt, niece, daughter and granddaughter who is not already suffering from the reign of cuts to social programs and health care is about to feel thesting of those cuts," says Donalda MacDonald, CUPE Regional Vice-President from Prince Edward Island.

  • NL women's groups take action

  • NWT bra burning “Harper has kicked women back to the sixties and we have a fitting response”. The Yellowknife Women’s Society is hosting a good, old fashioned bra burning event this Sunday in front of the Greenstone federal building.

  • "Not In Our Name, Mr. Harper!" at Moncton NB City Hall

  • The Ontario Federation of Labour (OFL) is asking all its affiliated unions, advocates and activists to call the Premier's Office and tell them that muzzling the voices of people who need human rights protection the most is not okay, write letters to the editor in your own home town and lobby your local MPP. They are also asking their affiliates and community partners to join them in Ottawa on December 10 at 1:30 p.m. at the Supreme Court of Canada where women will rally and march for Women's Human Rights, for equality, for access to government and the courts.

  • Letter Writing Campaign Alberta
    Who? YWCA Calgary
    What? Letter writing campaign to Prime Minister Stephen Harper in protest of status of women cuts and changes in terms and conditions
    When? December 10th

  • Bus to Ottawa from Montreal
    Who? La Fédération des femmes du Québec
    What? Two buses to Ottawa from Montréal
    When? Sunday, December 10th, 2006

  • Bus to Ottawa from Toronto and back
    Who? Ontario Association of Interval and Transition Houses OAITH
    What? Bus to December 10th Rally on Parliament Hill!
    Where? Meeting place: Gather on December 10th at 8:45 am at 2 Carlton Street (corner of Carlton and Yonge Sts) in downtown Toronto.When? Leaving Toronto for Ottawa: Sunday, December 10th at 9 am sharpRally in front of Supreme Court, Ottawa at 1:30 pmReturning to Toronto: Sunday, December 10th at 4 pm sharpWe should be back in Toronto by 9 pm

  • Women Walking Together Saskatoon
    Who? Iskwewuk E-wichiwitochik (Women Walking Together)
    What? Brunch/Entertainment, DVD airing of “Highway of Tears”,Vigil/Remembrance, speakers talking about the cut backs and their affect on Aboriginal women in Canada
    Where? White Buffalo Youth Lodge, 602 20th Street West, SaskatoonWhen? 12:00-3:00pm, December 10th

Two Minute Action on the Closures

The Conservatives have announced that they will close 12 of 16 Status of Women Canada offices in 8 provinces.

What you can do today:

Support the PSAC members working at SWC. Send them an email! Close to 40 PSAC members will be losing their jobs on April 1 st , 2007 . Others will remain in place and do their best to fulfill SWC's mandate. Tell them we appreciate all their work on behalf of all Canadian women. Let them know we believe in women's equality. Let them know we are fighting back

What do the closures means for women ?

  • 61 out of 131 positions are being cut, effective April 1, 2007 . The majority of these positions are held by PSAC members. Pink slips have started arriving at SWC offices across the country.
  • The new senior management team is being reduced from 7 to 6. A new Deputy Coordinator position is being created.
  • 12 out of 16 regional offices are being closed in the following communities: Vancouver , Saskatoon , Winnipeg , Thunder Bay , Toronto , Hamilton , London , Ottawa , Ste-Foy, Halifax , Charlottetown , St. John's.
  • Status of Women Canada's regional presence will be limited to four “points of service”: Edmonton , Ottawa (at Headquarters), Montréal and Moncton.
  • Regional office staff will no longer represent SWC on federal councils and other government initiatives. They will no longer have the mandate to liaise with their provincial and territorial counterparts. Their mandate to provide information to the general public will be limited. Their technical assistance to women's groups will be limited to priority groups – Aboriginal and immigrant women.
  • The federal government's in-house expertise on women's policy issues is being lost.
  • SWC staff have worked hard on behalf of all Canadian women from coast to coast to coast. They are program officers, researchers, policy analysts, communications experts, managers, administrative and support staff, and technical staff.

Two minute Action on Status of Women Funding

The Conservatives have cut Status of Women’s budget by 40% and eliminated funding to women’s groups who advocate for equality

What you can do today:

Send an email to Stephen Harper and let him know that his government's recent announcements are a departure from Canada’s long-standing commitment to the promotion of women’s equality and human rights and that you strongly disagree with this direction. Click here

What do the funding cuts mean to women?

  • The Terms and Conditions (T & Cs) of the Women’s Program (WP) have been renewed for the period September 27, 2006 to September 27, 2011.
  • Significant changes have been made to the Women’s Program’s mandate, objectives, eligibility criteria and activities NOT funded. Women’s equality, social justice, political and legal participation of women are examples of the language which has been erased from the T&Cs.
  • All activities linked to advocacy, lobbying and most research have been excluded from the new T&Cs. It is for this reason that a significant number of equality-seeking women’s groups, especially though not exclusively those working at the national level, will find it extremely difficult to secure funding through the Women’s Program. (ie NAWL, FAFIA etc)
  • The current T&Cs aim to provide “direct” and “local” assistance. This is very much based on a charity model which ignores the systemic issues behind the problem at hand. Instead of providing analysis and aiming for legal change the current approach privileges a case by case basis, almost as if women’s poverty and violence against women were exceptions, aberrations to the norm. This approach is not meant to result in any significant change and does not challenge the status quo.
  • Local work clearly needs to happen. However the women providing local services, often with little pay and job security cannot be expected to add advocacy work to their plate. Women’s equality work must also take place at the policy, research, legal and lobbying and advocacy levels. Providing short term services will not address long term, systemic discrimination issues which allow women’s poverty and violence against women to prevail.

Two minute action on the Court Challenges Program

The Conservatives have cancelled the Court Challenges Program so women can’t fight discrimination

What you can do today:

The Court Challenges Program has been cancelled by the Conservative minority government. This is a blow to all those in Canada who believe in fairness, equality, and language rights for French and English minorities. Please help reverse this decision.
Send email to your MP
Send email to the Prime Minister
Tell your friends about this campaign

What does the end of the Court Challenges Program mean for women?

  • On September 25 2006, the Harper government announced that it would immediately end all funding for the Court Challenges Program of Canada. This is a bad decision for women, and it must be reversed.
  • The Court Challenges Program (CCP) is a very important program that funds test-cases initiated by individuals and groups to challenge federal laws and policies that violate their constitutional equality rights. With the help of CCP funding, women’s organizations and other equality-seeking groups have been able to access the justice system, and present progressive interpretations of the law. This has resulted in more egalitarian outcomes for women, gays and lesbians, persons with a disability and other disadvantaged groups.
  • For example, the CCP provided funding for the Women’s Legal an Education Fund (LEAF) to argue against the use sexists myths in sexual assault trials. LEAF intervened before the Supreme Court of Canada in the Ewanchuk case, where the accused argued that the way a woman is dressed for a job interview can imply that she consents to having sex with a potential employer. Fortunately, the Supreme Court agreed with LEAF arguments and rejected this sexist defense.
  • The Court Challenges Program also funds test cases to defend the language rights of francophones outside of Québec and anglophones in Québec. This funding has been crucial in the struggle of francophones across Canada to obtain French language schools, and health care services in French.
  • This is the second time that a Conservative government has abolished the Court Challenges Program. The first was in 1992, and that decision was decried in all quarters and intense mobilization was successful: during the 1994 elections, all federal political parties promised to re-instate the Program if elected. In 1994, the CCP was indeed re-instated by the Liberal government.
  • The United Nations has repeatedly recognized the vital role that the CCP has been playing in the respect and promotion of human rights in Canada. In January 2003, the CEDAW Committee acknowledged the importance of the CCP in the struggle to end al forms of discrimination against women. And just last May the U.N. Committee for Economic, Social and Cultural Rights recommended that the Court Challenges Program be expanded to fund test case litigation against provincial laws and policies that violate constitutional equality rights.
  • For more information on the Court Challenges Program, and for suggestions as to how you can support the campaign for the reinstatement of the CCP, please go to the following website:

Two minute Action on Pay Equity

The conservatives have refused to introduce proactive pay equity despite expert recommendations

What you can do today:

Let the federal government and your MP know that Canadian women need a new pay equity law, based on the Pay Equity Task Force recommendations.

What does the absence of pay equity legislation mean for women?

In September, the federal government announced that it will not introduce a new pay equity law. This is a bad decision for women. It is a giant step backwards on the question of equal pay for work of equal value.

  • Women still earn less than men regardless of their occupation, age or education. There is a wage gap in Canada. According to Statistics Canada most report on women, on average, women working full-time full-year earn 72 cents for every dollar a full-time full-year male worker earns.

  • The wage gap is not the result of lower educational levels. Women with university degrees still earn 74% of what university educated men earn. Women earn less than men working the same sectors or even in the same jobs. Except for babysitters and nannies, there are no occupations in which women’s average earnings exceed men’s. Canada has one of the largest wage gap out of the world’s 29 most developed countries - only Spain, Portugal, Japan and Korea have larger wage gaps.

  • This wage gap persists despite the fact that in the federal sector, for almost 30 years, equal pay for work of equal value has been the law, as part of the Canadian Human Rights Act — and it clearly doesn’t work.

  • In 2001 the government established the Pay Equity Task Force. After extensive consultation and research they recommended a new proactive pay equity law in May 2004. Employers, unions and women’s groups all agreed that a new effective, accessible law which requires positive employer action, provides clear standards and allows access to an expert independent adjudicative body is needed.

  • Proactive pay equity law is not a new or radical concept in the Canadian context. Manitoba, Prince Edward Island, Nova Scotia and New Brunswick all introduced such legislation for their public sector in the early 80s. Ontario and Quebec both have proactive laws covering both the public and private sectors. In all these jurisdictions, these laws have been more effective that the current federal complaint based model.

  • We need government action that will bring Canada’s pay equity regime into line with its national and international human rights commitments. We need government action that recognizes the contribution women employees make to our economy. The Conservative government is saying that women will just have to live with a status quo that doesn’t work. They want us to rely on education, more mediation and wage rate inspections. All of these initiatives have repeatedly proven inadequate

Two minute action on Child Care

The Conservatives have cancelled the provincial - federal child care agreements which would have provided much-needed quality child care

What you can do today:

What does the cancellation of the provincial - federal child care agreements mean for women?

  • In 2003, the previous federal government dedicated federal funds for early learning and child care programs and then continued to build a child care system through bilateral agreements with provinces and territories that provided an additional $5 billion commitment over five years.

  • The current federal government has announced the cancellation of these bilateral agreements on March 31 2007. This results in cuts of $1.2 billion that was committed to provinces and territories to invest in their own communities, families, and children. Instead of funding child care services in communities, the current federal government has introduced a taxable family allowance and announced a$250 million incentive-based child care spaces initiative – an approach tried and abandoned by other governments because it simply doesn’t work.
  • Quality child care has been called the “ramp’ to women’s equality. Without it, women can’t participate fully in economic, social, political and cultural life. That’s why Canadian women need – and deserve - a publicly-funded and publicly accountable, non-profit, pan-Canadian child care system.
  • More and more women with children are working (72%). They need quality child care to study, train for jobs and work with peace of mind. Women working in the home need quality developmental experiences for their children too.
  • All women want to know their children are in good hands.
  • One in six children in Canada (15.6%) lives in poverty.
  • More than 50% of female lone parents are poor. Access to dependable, affordable child care can help mothers improve the lives of their families. It allows them to train for jobs, and to get decent jobs and keep them.
  • Child care contributes to women’s economic independence, and that means they can more easily take themselves and their children out of abusive relationships. Child care supports the employability of mothers while at the same time helping provide children with the foundations for lifelong health, learning and skill development.
  • A Child care program also benefits childcare workers who only earn 62% of what most women earn.
  • Canadian economists identified a $2 benefit for every $1 invested in a high quality child care system. Quebec which has introduced a comprehensive child care system is already seeing a return of forty cents on every dollar invested. Child care is a tremendous support to families because it allows parents, particularly women, to increase their labour force attachment.
  • Two recent international studies show that Canada is well behind other countries when it comes to early learning and child care services.
  • While Canada is one of the wealthiest countries, we rate at the very bottom when it comes to investing in child care, and investments in maternity / parental leave and other social programs – don’t rate much better.

An affront to women--Un affront aux femmes

It is often argued that the work of women’s groups is no longer necessary because ‘equality has been achieved’ or ‘discrimination has been outlawed’. While it is undoubtedly the case that there was significant political momentum in favour of achieving sexual equality in the 1980’s, leading up to and following the enactment of the constitutional equality rights provisions of the Canadian Charter of Rights and Freedoms in 1985, it is also widely recognized that equality still remains elusive for all too many women.

  • Recently the Conservatives:
  • cancelled the provincial/federal child care agreements which would have provided much-needed quality child care
  • refused to introduce proactive pay equity despite expert recommendations
  • cancelled the Court Challenges Program so women can’t fight discrimination
    cut Status of Women’s budget by 40% and eliminated funding to women’s groups who advocate for equality
  • announced that it will close 12 of 16 Status of Women Canada offices in 8 provinces.

These decisions are an affront to women, and the groups that defend women’s rights. They are also a departure from Canada’s long-standing commitment to the promotion of women’s equality and human rights.


On fait souvent valoir que le travail effectué par les groupes de femmes n’est plus nécessaire puisque que «l’égalité entre les hommes et les femmes est atteinte» ou que «la discrimination est désormais illégale». Malgré l'important regain d'intérêt politique en faveur de l'égalité sexuelle qui a caractérisé les années 1980 et conduit à l’adoption des dispositions portant sur les droits à l’égalité de la Charte canadienne des droits et des libertés en 1985, il est aussi généralement reconnu que l’égalité demeure toujours problématique pour de trop nombreuses femmes

  • Voici la réponse que les Conservateurs servent aux femmes:
  • ils ont annulé les ententes fédérale-provinciales en matière de services de garde qui auraient pallié à l’absence de services de garde de qualité
  • ils ont refusé de présenter une loi proactive sur l’équité salariale en dépit de recommandations en ce sens de la part d’expert-e-s.
  • ils ont aboli le Programme de contestation judiciaire pour empêcher les femmes de contester la discrimination à leur égard
  • ils ont coupé de 40% le budget de Condition féminine Canada et ils ont supprimé le financement des groupes de femmes qui défendent le droit à l’égalité.
  • ils ont annoncé qu'ils fermeraient 12 des 16 bureaux de Condition féminine Canada dans 8 provinces

Ces décisions sont un affront aux femmes et aux organisations qui font la promotion de leurs droits. Cela équivaut à faire faux bond à l'engagement de longue date pris par le Canada de promouvoir l'égalité et les droits humains des femmes.

Friday, December 1

Yukon Events

Saskatchewan Events

Prince Edward Island Events

Quebec Events

Ontario Events

Toronto - February 1st, 2007 - Pupatello will host a meeting of women's issues ministers - minus Oda - on Feb. 1 in Toronto.


Nova Scotia Events

Nunavut Events

Newfoundland and Labrador Events

Northwest Territories Events

New Brunswick Events

Manitoba Events



British Columbia Events


  • January 18, 2007
    1st Anniversary of Harper's Broken Promise to Women
    Promise made...."Yes I am ready to support women's human rights and I agree that Canada has more to do to meet international obligations to women's equality.If elected, I will take concrete and immediate measures, as recommended by the United Nations, to ensure that Canada upholds its commitments to women in Canada"Stephen Harper January 18, 2006Promise broken....Since coming into office, the Harper Conservatives have
    closed more than half of the Status of Women regional offices
    have changed the funding criteria for women's groups and have removed the word "equality" from the SWC's list of objectives
    eliminated support for equality rights test cases (the Court Challenges Programs)
    refused to adopt proactive [pay equity legislation and have cancelled funding to the Canada-wide child care program
    The Harper Conservatives have consistently dismissed eqaulity rights for women. They will continue unless we speak up !
    Join Us !
    18 January 2007-Noon onwards
    Sinclair Centre-757 West Hastings Street
    Gather outside the front door of the Sinclair Centre
    Rally and Information Picket
    1st Anniversary of Harper's Broken Promise to Women
    Hold the government responsible for broken promises. For more information contact shauna paull 604-209-5776 or alison brewin 604-684-8772


Alberta Events

Sunday, March 26

Une décennie de rapports produits par le Fonds de recherche en matière de politiques de Condition féminine Canada

À l’avant-garde
Une décennie de rapports produits
par le Fonds de recherche en matière de politiques
Condition féminine Canada

Mars 2007


La recherche objective établit le fondement du changement en matière
de politiques. Mis sur pied en 1996, le Fonds de recherche en matière de politiques (FRP) de Condition féminine Canada (CFC) a permis l’examen et la discussion de plusieurs enjeux cruciaux qui préoccupent les femmes. Il a ainsi assuré qu’on intègre les points de vue et les expériences des femmes à l’élaboration des politiques. En outre, il a fait la promotion de
la discussion des questions d’égalité entre les sexes dans le public et parmi les décisionnaires. Dans le cadre des projets, les chercheuses-chercheurs ont examiné avec un œil critique les conséquences, pour les femmes, de nombreuses politiques publiques canadiennes : les soins aux enfants et la garde d’enfants; les politiques et les programmes sociaux et de santé, les politiques fiscales et les accords commerciaux; les politiques de sécurité nationale et d’immigration; les questions de développement rural; les modifications législatives dans le domaine de la législation sur les conjoints de même sexe; les modifications à la Loi sur les Indiens; et
le projet de loi C-31 dont le but était de déterminer qui appartient à une Première nation et qui a le statut d’Indien. Un facteur important dans tous les domaines de recherche a été la reconnaissance que les femmes, au Canada, ne constituent pas un groupe homogène, d’où l’adoption de l’exigence de tenir compte de l’effet des politiques sur les femmes en fonction de leur vaste diversité.

Membres des comité externes de 1996 à 2007
Vijay Agnew, spécialiste en sciences sociales et historienne, Université York • Caroline Andrew, politicologue, Université d’Ottawa • Marie-Andrée Bertrand, professeure émérite, Université de Montréal • T. Brettel Dawson, avocate, Institut national de la magistrature, et professeure, Université Carleton • Francine Descaries, sociologue, Université du Québec à Montréal • Vanaja Dhruvarajan, sociologue, Université de Winnipeg • Elaine Herbert, travailleuse sociale et thérapeute, Vancouver • Lucie Lamarche, professeure de droit, Université du Québec à Montréal • Bonita Lawrence (Mi’lmaw), professeure adjointe, sciences sociales, Université York • Martha MacDonald, professeure d’économie, Université Saint Mary’s • Paula Mallea, avocate et procureure • Isabelle McKee-Allain, sociologue, Université de Moncton • Diane Meaghan, professeure de sociologie, Seneca College • Elizabeth Percival, psychologue, Université de l’Île-du-Prince-Édouard • Dianne Pothier, avocate, Dalhousie Law School • Roberta Smith, questions reliées aux femmes autochtones • Shannon Storey, coordonnatrice des études, ESL, Université de la Saskatchewan • Pamela Sugiman, professeure adjointe, sociologie, Université Ryerson • Cheryl L. Suzack (Ojibway), professeure, Université de Victoria • Bilkis Vissandjée, professeure adjointe, sciences infirmières, Université de Montréal
Dès le début, l’un des éléments de marque du programme a été la nature indépendante de la recherche. À chaque cycle de planification, le personnel du FRP a analysé une variété de sources pour déterminer les questions pressantes et les lacunes en matière de recherche. Les thèmes de recherche ont été présentés de façon aussi ouverte que possible pour saisir les points de vue les plus uniques, ce qui a souvent produit l’expression d’idées et d’options qui, jusque-là, n’avaient pas été envisagées dans les discussions des politiques. Un comité externe, constitué de personnes choisies et nommées à l’issue d’une démarche transparente, a choisi les thèmes,
évalué et sélectionné les projets, puis procédé à l’évaluation des rapports finaux pour fin de publication. Le comité externe reflétait la diversité des Canadiennes et comprenait des personnes issues de différents domaines de spécialisation en recherche, disciplines universitaires et régions. En plus de l’évaluation par les membres du comité externe, les rapports étaient examinés par des pairs spécialisés dans les sujets en question et étaient évalués par des fonctionnaires du gouvernement pour assurer l’exactitude des renseignements qu’ils contenaient. Les publications du FRP devinrent rapidement réputées pour leurs normes et leur fiabilité élevées.
Personnel du Fonds de recherche en matière de politiques de 1996 à 2007
Sarah Bélanger • Angela Arnet Connidis • Julie Cool • Jo Anne de Lepper • Julie Dompierre • Beck Dysart • Amr Elleithy • Cathy Hallessey • Nora Hammell • Zeynep Karman, directrice • Angela McLaughlin • Pat Poole • Vesna Radulovic • Pam Roper • Mary Trafford • Maureen Williams • Cathy Winters

[Traduction] Nous remercions les 300 immigrantes et immigrants qui ont participé… Nous vous remercions de nous avoir fait confiance et d’avoir raconté vos histoires personnelles en ce qui concerne l’établissement de nouveaux liens avec la collectivité après votre immigration au Canada.
– Uzo Anucha, Nombusco Dlamini, Miu Chung Yang et Lisa Smylie
Quel est le rapport entre le capital social et le bien-être des femmes immigrantes? Décembre 2006
En date de mars 2007, le nombre des chercheuses-chercheurs et auteures- auteurs de l’ensemble du Canada, représentatifs de la diversité des Canadiennes, qui ont bénéficié de l’existence du Fonds et ont produit
87 rapports s’élève à 236. L’étendue et la variété des mots- clés qu’on retrouve dans les titres des rapports résument le défi que devait relever la Direction de la recherche au moment où le Fonds a entrepris ses activités. Les membres de la Direction de la recherche ont organisé des rencontres avec le comité externe pour définir les thèmes de recherche, ont émis 24 demandes de propositions, organisé les évaluations par les pairs, aidé
les auteures, maintenu la communication avec les autres ministères, organismes, paliers de gouvernement et universités; elles ont préparé les remue-méninges nécessaires à la démarche reliée à la recherche et géré le processus de production des rapports quand ceux-ci atteignaient l’étape
de la version définitive. En cours de travail, le personnel de la Direction a établi au Canada un réseau de chercheuses-chercheurs de premier plan qui s’intéressent aux questions qui touchent les femmes.

Par l’intermédiaire du travail de ces chercheuses-chercheurs et auteures-auteurs, le FRP a donné une voix à un nombre incalculable de femmes, d’hommes et de jeunes qui n’auraient pu être entendus autrement :
les sans-abri, les femmes victimes de la traite, les jeunes mères monoparentales, les immigrantes-immigrants récents, les travailleuses agricoles dans les exploitations porcines de la Saskatchewan, les commis de magasin, les femmes innues du Labrador, les femmes autochtones de l’ensemble du Canada qui luttent contre les lois sur le statut d’Indien, pour les revendications territoriales et pour de meilleures conditions sociales dans les réserves, les pourvoyeuses de soins philippines exploitées, les épouses de mariages par correspondance victimes d’abus, les travailleuses du secteur des vêtements, les employées des centres d’appel, les travailleuses forestières, les femmes enceintes qui n’ont pas accès à
des soins médicaux. Et la liste s’allonge.
Demandes de propositions : thèmes de 1996 à 2006

Projet de loi C-31 – L'inscription au Registre des Indiens, l'appartenance à la bande et la reconnaissance de la paternité (septembre 2003)
Le Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux et ses répercussions sur les femmes (juin 1996)
La transformation du rôle de l'État, le travail rémunéré et non rémunéré des femmes et la vulnérabilité des femmes à l'égard de la pauvreté (avril 1997)

Recherche sur les questions de garde et droit d'accès (septembre 1997)
L'intégration des considérations liées à l'égalité entre les sexes dans le programme de sécurité humaine (août 2002)

Intégration de la diversité à l'analyse et à l'élaboration de politiques : nouveaux outils, cadres, méthodes et applications (septembre 1997)

Les femmes des Premières nations, la gouvernance et la Loi sur les Indiens (avril 2001)
Le capital social du Canada - dimensions propres à chacun des genres (septembre 2003)
Intégration de la diversité dans la recherche en matière de politiques, ainsi que dans l'élaboration et l'analyse des politiques (avril 1997)
L'intersection du sexe et de l'orientation sexuelle : conséquences de la réforme des politiques sur les partenaires d'une union lesbienne (août 1998)
La polygamie (janvier 2005)
Réduire la pauvreté chez les femmes : options, orientations et cadres stratégiques en matière de politiques (septembre 1997)
La restructuration économique du Canada rural (août 2002)
Réforme de la sécurité sociale : dix ans après (septembre 2004)
Les accords commerciaux et les femmes (août 2001)
Le trafic des femmes : la dimension canadienne (septembre 1998)
La migration urbaine et l'égalité entre les sexes (novembre 2005)
Violence et contrôle (septembre 2004)
Où sont les femmes? Changements des discours touchant les politiques (septembre 1999)
Les femmes et la Loi canadienne sur les droits de la personne (juin 1999)
Les femmes et le régime fiscal canadien (août 1998)
L'accès à la justice pour les femmes (juillet 1996)
L'accès des femmes à des emplois viables offrant des avantages adéquats : solutions sous forme de politiques gouvernementales (septembre 2000)
Les jeunes femmes à risque (septembre 1999)

La portée des rapports du Fonds de recherche en matière de politiques

En 2003, 68 rapports de recherche avaient été publiés sur papier et en ligne. Compte tenu de l’importance croissante d’Internet en tant que moyen de communication et outil de recherche, le temps était venu de déterminer la portée des rapports du FRP. Les rapports étaient-ils utilisés aussi largement que les données obtenues de manière non scientifique le suggéraient?

Des indications de leur large utilisation sont venues du personnel du service des références qui a cherché des mentions des rapports du FRP dans les revues au moyen d’une recherche de citations dans des bases
de données ciblées[1]. En novembre 2006, CFC a pu retracer 209 citations, dont 88 au cours des 11 derniers mois seulement. Les revues dans lesquelles les rapports du FRP sont mentionnés représentent un aperçu de la réflexion savante en matière sociale, politique, de santé, géographique, juridique et du travail au Canada et, dans certains cas, à l’échelle mondiale. Bien que les chiffres du tirage des revues imprimées ne soient géralement pas disponibles, on sait qu’ils varient d’environ 3 000 pour certaines des plus petites jusqu’à 34 500 pour les publications aussi populaires que Médecin de famille canadien. Les services du tirage estiment généralement qu’en moyenne, trois personnes lisent chaque exemplaire d’une publication savante. Pour le FRP et ses auteures, on
peut extrapoler et dire que ces 209 citations sur la période de 10 ans d’existence du programme ont eu une portée possible variant d’un minimum de 1,9 million de lectrices-lecteurs à 21,6 millions[2] — dont plusieurs sont des professionnelles-professionnels qui travaillent à l’élaboration des politiques ou influent sur ce processus quand il est relié aux domaines très variés de recherche du Fonds.

Nombre de consultations des publications dans le site Web de CFC
1999 58 604
2001 371 493
2003-2004a 1 322 915
2005-2006a 2 102 555
2006-2007b 1 402 484
Remarques :
a Exercice financier du 1er avril au 31 mars.
b Du 1er avril 2006 au 31 octobre 2006. En extrapolant, on obtient plus de 2,4 millions de consultations pour l’exercice financier 2006-2007.

Très consciente qu’Internet a changé la façon dont les gens ont accès aux publications et les lisent, la Direction de la recherche a aussi commencé à
chercher le nombre de fois que les rapports du FRP sont consultés dans le site Web de CFC.

Outre les données sur les citations et sur les consultations du site Web, en 2003, Condition féminine Canada a commandé une analyse sur mesure qui visait à répertorier les adresses URL où l’on trouvait une mention des rapports du FRP. Les recherches ont été effectuées en français et en anglais à l’aide du moteur de recherche Google, en entrant les noms des auteures et les mots-clés du titre qui délimitaient la recherche. Le choix a porté sur Google, car celui-ci dresse les listes des résultats par ordre de popularité parmi les utilisateurs. (L’ordre dans lequel certains moteurs de recherche font apparaître les adresses URL peut être influencé par la pratique de certains propriétaires de sites Web qui permettent qu’on achète un espace près du début des résultats de la recherche.) En anglais, les rapports
qui faisaient l’objet de la recherche étaient mentionnés en moyenne à 111,7 adresses URL; le nombre des occurences variait de 439 à 1. En français, les rapports comptaient en moyenne 46,6 occurences. Le nombre des occurrences variait de 0 à 227. En décembre 2004, les recherches ont été répétées pour les rapports qui comptaient le plus grand nombre et le moins grand nombre d’occurences dans les résultats de la recherche de 2003. Les résultats de 2004 ont renforcé les conclusions tirées de
la recherche de 2003, selon lesquelles les rapports avaient une portée croissante dans le monde.

La portée des rapports s’étend aussi sur les générations actuelles et futures au Canada. Les recherches de 2003 et de 2004 se sont tournées vers les décisions de la Cour suprême du Canada et de la Cour fédérale du Canada, vers les associations qui offrent un soutien aux femmes et aux enfants et vers 18 cours universitaires qui, au Canada, utilisent 21 des rapports en guise de lectures pertinentes. Les cours variaient des domaines judiciaires-droit à la médiation et aux conflits familiaux ainsi qu’aux programmes de soins infirmiers. Dans l’ensemble du Canada, 11 universités les utilisaient
et elles continuent de les utiliser. De plus, une professeure d’une autre université a inscrit un rapport du FRP parmi les lectures à faire dans un cours d’étude supérieure au Centre for Health Promotion Studies, Université de l’Alberta, pour le semestre de l’hiver 2007. Dans le même ordre d’idées, la bibliothèque de l’Université de Regina a signalé l’utilité des publications du FRP pour les études sur les questions d’égalité entre
les sexes.

L’analyse la plus récente des adresses URL a été entreprise à l’automne de 2006. Il est alors vite devenu apparent que l’explosion de l’utilisation d’Internet au cours des deux années qui ont suivi la dernière évaluation remettrait en question les résultats. Par exemple, dans le rapport de 2003,
une étude effectuée par Claire Young[3], Les femmes, l'impôt et les programmes sociaux, publiée en 2000, a obtenu le plus grand nombre d’occurences dans les deux langues. La recherche a été répétée dans les deux langues, en 2004, et a obtenu le chiffre de 701 occurences en anglais, comparativement à 439 l’année précédente. En 2006, en utilisant les mêmes mots-clés que lors des deux recherches précédentes, (Claire Young, femmes, impôt, incidences des programmes sur l’égalité des sexes par l’intermédiaire du système de financement) une recherche à l’aide de Google a affiché 268 000 occurences. Comme cela s’était passé au cours des années antérieures, les résultats se sont détériorés après la consultation des quelque 50 première occurences. En effet, alors que tous les mots-clés, ou presque, utilisés pour la recherche étaient présents, ils ne reportaient pas nécessairement au rapport de Claire Young après la cinquantième occurrence, plus ou moins. Toutefois, Google avait une nouvelle technique de recherche de pointe dans son arsenal : Google Scholar. Cet outil donne à la personne qui l’utilise la capacité d’effectuer la recherche dans la littérature scientifique. Les résultats comprennent des documents examinés par les pairs, des thèses, des livres, des résumés, des articles, des travaux publiés par des sociétés professionnelles, des revues spécialisées, des universités et des organisations scientifiques de toutes les disciplines. Les résultats relèvent les citations ainsi que les bibliothèques de l’Amérique du Nord qui possèdent un exemplaire imprimé de l’ouvrage. L’outil permet aussi une recherche à partir du seul nom de l’auteure-auteur. Comme le moteur de recherche Google Scholar est nouveau, Google continue de travailler avec les organisations et les éditeurs scientifiques pour assurer que tous leurs travaux sont reliés au site.
Nous tenons à exprimer toute notre gratitude à ce ministère… pour la clairvoyance qui a permis de saisir l'importance de l'évaluation des répercussions du régime fiscal sur les femmes et pour l'aide consentie pour mener ce projet à terme.
-- Claire Young
En utilisant les mêmes termes de recherche anglais pour Claire Young que ceux qui avaient été utilisés avec d’autres outils, Google Scholar a retracé 2 270 occurences, soit encore près de trois fois plus que lors de la recherche générale effectuée avec Google en 2004. Google Scholar place les résultats les plus pertinents à la première page. Le rapport de Condition féminine Canada est apparu en premier, Google Scholar indiquant cinq citations du rapport Les femmes, l'impôt et les programmes sociaux, un livre sur le droit du bien-être social, un autre livre sur le travail atypique
et les mères seules, un document sur la réforme des pensions au Canada, un article de Revue fiscale canadienne et un article en espagnol sur la CEDAW. Condition féminine comptait le plus grand nombre de citations de tous les travaux de Claire Young dans Internet. En français, les citations du rapport de Claire Young ont diminué, passant de 227, en 2003, à 172, en 2004. La recherche générale de Google en 2006 a relevé 19 100 citations; la recherche à l’aide de Google Scholar en a relevé 55, le rapport de CFC apparaissant au premier rang de la liste. Il y avait une citation dans un rapport de recherche produit dans une autre université canadienne. Comme dans les années antérieures, les résultats de la recherche se sont vite détériorés.

À l’avant-garde

Au cours de ses 10 années d’existence, le programme du FRP a attiré plusieurs des chercheuses-chercheurs les meilleurs, les plus brillants et les plus établis dans leur domaine de prédilection ainsi que des chercheuses-chercheurs plus jeunes qui avaient le souci d’investir leurs talents dans
un travail de synthèse et de transfert des connaissances au palier des décisionnaires. Toutes ont fait preuve de passion à l’égard des sujets
de préoccupation de l’ensemble des femmes.

Les chercheuses-chercheurs et auteures-auteures ont acquis une expérience précieuse et ont fait progresser les techniques de la recherche participative et leur propre expertise dans un domaine particulier. Elles provenaient de plusieurs horizons : professeures, travailleuses de la santé, sociologues, travailleuses sociales, avocates, analystes des systèmes de gestion, spécialistes. Plusieurs d’entre elles accordent au Fonds de recherche en matière de politiques un certain crédit pour leur propre avancement professionnel. Angela Campbell, professeure adjointe, Faculté de droit, Université McGill, indique que la recherche qu’elle a conduite, en 2005, pour le Fonds de recherche en matière de politiques sur les mariages multiples au Canada, l’a aidée à obtenir une subvention de recherche de trois ans du Conseil de recherches en sciences humaines
pour approfondir les questions soulevées dans son travail pour CFC. La publication de la compilation de la recherche de 2005 sur la polygamie a conduit plusieurs de ses auteures à participer à un panel sur ce sujet à la conférence annuelle de 2006 de l’Association canadienne des professeurs de droit.

Jo-Anne Fiske[4] croit qu’un legs important du FRP est la participation des femmes autochtones, des chercheuses-chercheurs aux études et des
chercheuses-chercheurs communautaires. Grâce au travail de Mme Fiske, Ph.D., et d’autres pour le FRP, des centaines de participantes-participants autochtones aux études du FRP ont acquis des compétences en recherche et en élaboration des politiques. Selon Mme Fiske : « [traduction] C’est très important, car aucun autre programme du gouvernement fédéral n’a offert cette possibilité de réunir des femmes autochtones de l’ensemble du pays pour formuler d’importantes initiatives de recherche sur les politiques
qui les touchent, elles, leurs familles et leurs collectivités, de différentes façons aussi complexes que désordonnées. » Pour ce qui est de la carrière de Mme Fiske elle-même, elle crédite le travail qu’elle a effectué avec le FRP pour avoir pu répondre aux besoins en recherche des collectivités
[traduction] Le Fonds m’a aussi donné la possibilité de conduire une recherche que je n’aurais pu faire autrement, car les autres organismes de financement ont des objectifs et des mandats différents et ne peuvent offrir le même degré de participation communautaire.
- Jo-Anne Fiske
des Premières nations. « [traduction] J’ai conduit la recherche qu’elles
me demandaient, formé des chercheuses-chercheurs communautaires et des étudiantes-étudiants diplômés. De plus, mon travail a été largement diffusé. La diffusion de ce travail a rehaussé ma stature en tant que chercheuse et professeure… Ce fut une occasion merveilleuse et rare d’être invitée aux tables rondes des femmes autochtones et de voir leur travail évoluer au fil des années, alors que les jeunes chercheuses-chercheurs acquéraient de l’expérience et devenaient des chefs de files
de leurs domaines. »

Le Fonds de recherche en matière de politiques a été à l’avant-garde dans différents domaines, notamment la traite des femmes et des fillettes, qui fait actuellement l’objet d’un projet de loi d’initiative parlementaire à la Chambre des communes et sur lequel se concentre le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes. La GRC accorde au Fonds de recherche en matière de politiques le crédit de lui avoir procuré une grande part de la recherche initiale que la force policière a utilisée quand elle a commencé à enquêter sur le problème de la traite
des femmes au Canada. Yvon Dandurand, premier agrégé, Centre international pour la réforme du droit pénal et la politique de justice criminelle, Université de la Colombie-Britannique, a attesté ce fait dans
un mémoire daté d’octobre 2006 et présenté au Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes : lui aussi a accordé à Condition féminine Canada le crédit d’avoir effectué la recherche initiale au Canada sur la traite.

Chercheuses-auteures du FRP de 1996 à 2006

Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine • Association nationale Femmes et Droit • Mona Abbondanza • Lisa Addario • Alberta Civil Liberties Research Centre • Bita Amani • Leonora Angeles • Uzo Anucha • Linda Archibald • Nan Armour • Pat Armstrong • Joan Atlin • William Avison • Joséphine Bacon • Martha Bailey • Beverley Baines • Erin Baines • Abigail Bakan • Isabella Bakker • Nicholas Bala • Morton Beiser • Marie-Claire Belleau • Jocelyne Bernier • Stéphanie Bernstein • Lorne Bertrand • Kate Bezanson • Chantal Blouin • Isabelle Boily • Lyne Bouchard • Pierrette Bouchard • Lorraine Boudreau • Lise Bourque • Paul Bowles • Jane Boyd • Janine Brodie • Gwen Brodsky • Joyce Brown • Ingrid Brueckner • Ruth Buchanan • Marilyn Callahan • Angela Campbell • Michèle Caron • Gail Cassidy • Judy Cerny • Josée Charlebois • Marie-Anne Cheezo • Ester Cole • Wendy Cornet • Andrée Côté • Denyse Côté • Marie-Louise Côté •
Rachel Cox • Mary Crnkovich • Diane Crocker • Rosalind Currie • Marlène Dallaire • Catherine Dauvergne • Lorraine Davies • DAWN Canada • Myrna Dawson • Vilma Dawson • Shelagh Day • Connie Deiter •
Annette Desmarais • Irène Demczuk • Diane Demers • Madeline Dion Stout • Nombuso Dlamini • Alexandra Dobrowlsky • Tanis Doe • Gillian Doherty • Katherine Duvall-Antonacopoulos • Jacquie Eales • Margaret Eberle • Ruth Emery • Equality Matters! Consulting • Janet Fast • Barbara Field • Jo-Anne Fiske • Christa Freiler • Marlinda Freire • Martha Friendly • Éric Gagnon • Sherry Galey • Lindsay Galvin • Evelyn George • Heather Gibb • Claude Gilbert • Michelle Giroux • Nadine Goudreault • Sandra Goundry • Hugh Grant • Lorraine Greaves • Donna Greschner • Elizabeth Griffiths • Holly Grinvalds • Stefan Grzybowsky • Nancy Guberman • Bonnie Hallman • Olena Hankivsky • Kelly Hannah-Moffat • Kevin Hayes • Michael Holosko • Joseph Hornick • Hui-Mei Huang • Ilene Hyman • Institut canadien de recherches sur les femmes • Lori Irwin • Martha Jackman • Suzanne Jackson • Bob Jeffcott • Joy Johnson • Laura Johnson • Kartini International • Colleen Kasting • Amy Kaufman • Norah Keating • Edna Keeble • Carolyn Kenny • Michèle Kérisit • Nazilla Khanlou • Kenise Kilbride • Sally Kimpson • Gregory Kipling • Sandra Kirby • Brigitte Kitchen • Bartha Maria Knoppers • Audrey Kobayashi • Sarah Koch-Schulte • Karen Korabik • Jude Kornelsen • Deena Ladd • Kathleen Lahey • Lucie Lamarche • Manon Lamontagne • Louise Langevin • Belina Leach • Donna Lero • Carole Lévesque • Waheeda Lillevik • L’Institut Roeher • Josefina Moruz • Katherine Lippel • Clarence Lochhead • Brishkai Lund • Audrey Lundquist • Kelly MacDonald • Fiona MacPhail • Ann Manicom • Michelle Mann • Carol Martin • Lise Martin • Diane Martz • Shirley Masuda • Maire McAdams • Lynn McDonald • Julie Ann McMullin • Leslie McRae • Baukje Miedema • Susan Miklas • Suzanne Mills • Christiane Montpetit • Brooke Moore • Sylvie Morel • Marika Morris • Marina Morrow • Josefina Moruz • Martha Muzychka • Melonie Newell • Cecily Nicholson • Jean-François Noël • Sylvia Novac • Mab Oloman • Michelle Owen • Doreen Parsons • Joanne Paetsch • Dana Peebles • Ann Pederson • Yvonne Peters • Philippine Women Centre of B.C. • Nancy Poole • Bruce Porter • Mark Prescott • Projet Hypatia •
Marie-Claude Proulx • Doris Rajan • Pauline Rankin • Maureen Reed • Marge Reitsma Street • Janet Rhynes • Jane Robinson • Jennifer Rooney • Carla Roppel • Ruth Rose • Allison Ruddock • Darlene Rude • Deborah Rutman • Francine Saillant • Adil Sayeed • Judith Sayers • Josie Schofield • Katherine Scott • Bianca Seaton • Josefina Moruz • Luba Serge • Margaret Shaw • Janet Simpson • Felicite Stairs • Marlene Stephenson • Kamal Sehgal • Deborah Stienstra • Evangelia Tastsoglou • Nicole Thivierge • Natalya Timoshkina • Sara Torres • Jocelyne Tougas • Louise Toupin • Monica Townson • Marielle Tremblay • Lindsay Troschuk • Nadine Trudeau • Colleen Varcoe • Jill Vickers • Bilkis Vissandjée • Sandra Wachholz • Colleen Watters •
Christine Sioui Wawanoloath • Sandra Welsh • Ann Weston • Denise Whitehead • Wanda Wiegers •
Women’s Economic Equality Society • Miu Chung Yan • Lynda Yanz • Claire Young • Urla Zeytinoglu

M. Gay Lepkey, chef de la publication, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, a dit que le FRP avait été une « source des
plus précieuses de recherches importantes sur les questions reliées aux femmes » quant était venu le temps de préparer une compilation des ressources sur ces questions pour fin de diffusion. « Nous avons pigé allègrement dans votre site Web pour notre projet et nous avons été impressionnés de voir combien de travail CFC a fait sur autant de domaines de recherche en matières de politiques au sujet des questions reliées aux femmes. »

En plus d’être l’objet d’un examen par les membres du comité externe,
les rapports ont été évalués par des pairs spécialistes des sujets étudiés et par des fonctionnaires du gouvernement qui ont vérifié l’exactitude des renseignements reliés aux politiques. Cette démarche a suscité l’attention d’autres ministères et organismes qui ont recouru au modèle du FRP quand ils ont instauré leurs propres programmes de publication de recherches, notamment la Commission canadienne des droits de la personne et la Direction générale de la sécurité du revenu, Ressources humaines et Développement social Canada.

Les rapports du Fonds de recherche en matière de politiques ont été salués pour leur style, qui les rendait immédiatement accessibles et très lisibles pour un grand nombre de Canadiennes-Canadiens. Mais comment se comportaient-ils par rapport à d’autres recherches canadiennes qui étaient diffusées dans le Web? Cette question a conduit à une évaluation de l’intérêt manifesté en ligne pour les rapports du FRP, comparativement à des publications d’autres groupes de réflexion, organismes et ministères canadiens. Les études qui portaient sur des sujets semblables, avaient
des dates de publication semblables et provenaient d’auteures-auteurs
de même calibre d’autres organisations respectées, ont fait l’objet d’une vérification au moyen de Google Scholar, en novembre et décembre 2006. Comme pour les rapports du FRP, les rapports comparés devaient être
tout à fait disponibles, sans frais, et ce, sous forme imprimée ou en ligne. Nombre d’organisations ont été rejetées parce que leurs publications ne correspondaient pas à ces critères. Les auteures-auteurs devaient aussi avoir un certain degré de reconnaissance dans les cercles d’élaboration
des politiques et de la recherche. La difficulté de trouver des rapports d’organisations et d’auteures-auteurs établis qui répondaient à tous ces critères est vite devenue apparente, ce qui indiquait encore plus clairement le caractère unique du programme du FRP en ce qui concernait l’élaboration et la recherche en matière de politiques au Canada. Un petit nombre de rapports de la Direction générale de la recherche appliquée
de Ressources humaines et Développement social Canada, du Conseil canadien du développement social, de l’Institut de recherche en politiques publiques et de l’Institut de recherche sociale appliquée ont fait l’objet de la recherche. Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour cibler
les mots de recherche de la façon la plus concise possible. Ces comparaisons ont révélé que les rapports du FRP sont parmi ceux qui sont le plus consultés dans le Web quand il s’agit de contenu canadien sur une question particulière qui a trait aux femmes.

Une portée mondiale

À l’échelle mondiale, l’égalité continue d’être un combat quotidien pour les femmes. Tout au long de son existence, le Fonds de recherche en matière de politiques de CFC a été un chef de file mondial. Alors que d’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou le Royaume-Uni, avaient tous leurs répertoires, leurs publications centrées sur les statistiques des questions reliées aux femmes, on y a trouvé peu de discussion des politiques, voire aucune.

La recherche en profondeur effectuée en 2003 sur les occurences des rapports du FRP aux différentes adresses URL a permis de relever des personnes et des gouvernements de 14 pays (États-Unis, Australie, Inde, Nouvelle-Zélande, Norvège, Danemark, Suède, Pays-Bas, Angleterre, France, Afrique du Sud, Italie, Allemagne et Russie) ainsi que des organisations qui desservaient l’Amérique centrale et les Antilles qui utilisaient fréquemment ces rapports. Les Nations Unies et la Banque mondiale étaient aussi du nombre. La mise à jour de 2006 de seulement deux rapports du FRP a ajouté la Finlande, la Corée, la Pologne, la Bulgarie, la Thaïlande, l’Azerbaïdjan et l’Espagne à cette liste. Par l’intermédiaire d’organismes, comme l’UNIFEM et la Banque mondiale, ces rapports de recherche sont désormais utilisés dans les pays en développement en vue d’y implanter l’analyse comparative entre les sexes et d’y promouvoir les questions qui préoccupent les femmes et les sociétés dans le monde.

Pour en donner une illustration, la mise à jour de 2006 sur les occurrences, aux différentes adresses URL, du rapport McDonald, Moore et Timoshkina, Les travailleuses migrantes du sexe originaires d'Europe de l'Est… publié en novembre 2000, établit la portée des rapports de recherche du FRP dans Internet. En 2003, lors de la première recherche générale à l’aide de Google, on a relevé 160 occurrences en anglais. Exactement trois ans plus tard, en utilisant les mêmes mots-clés, on a obtenu 66 500 occurrences de ce rapport. En plus d’un rapport de la GRC sur ce problème au Canada, d’un rapport du Département de criminologie de l’Université d’Ottawa sur le travail relié au commerce du sexe en tant que main-d’œuvre marginalisée et d’apparaître dans un cours de sociologie de troisième année sur les femmes migrantes à l’Université de Toronto, le rapport de CFC a été trouvé à des adresses URL qui portaient sur :

• la traite des personnes en Afrique australe;
• la traite des femmes de l’Europe de l’Est en Italie;
• un rapport de recherche, de l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social, qui tient compte des sexes en matière de migration;
• un site du Minnesota qui se consacre à mettre fin à la violence contre les femmes;

[Traduction] [Le FRP s’est avéré] un programme exemplaire, car il produit une recherche de qualité supérieure centrée clairement sur les incidences et les conséquences de la politique sur la situation de l’égalité entre les sexes.
Je crois aussi qu’il est exemplaire par la distance qui caractérise le rapport entre le gouvernement et les chercheuses-chercheurs et par le respect de l’intégrité de la démarche de la recherche.
-Professeure Marian Sawer, Australian National University
une analyse suédoise du problème de la traite des femmes dans ce pays, suscitée en partie par le rapport canadien;
• un rapport de la Latin American Coalition to End Violence against Women and Children (Coalition latino-américaine pour mettre fin à la violence contre les femmes et les enfants);
• un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population sur la traite des femmes, des filles et des garçons;
• un guide de recherche polonais sur les questions reliées à la traite des personnes;
• un rapport d’une chercheuse brésilienne, qui travaille au Canada, sur les travailleuses du sexe originaires d’Amérique Latine au Canada;
• un rapport bulgare sur le problème;
• une étude de l’Organisation internationale pour les migrations sur la traite des personnes en Azerbaïdjan;
• un site Web finnois sur la recherche dans le domaine de la traite des travailleuses-travailleurs du sexe;
• et une bibliographie de l’Australian Institute of Criminology sur les ressources disponibles au Canada.

Le moteur de recherche Google Scholar a trouvé 422 occurrences — 2,6 fois plus que lors de la recherche générale de 2003 : le rapport de CFC y apparaissait en premier; les résultats indiquaient huit citations particulières dans la littérature savante. Outre certains des travaux cités précédemment, les citations apparaissaient dans :

• un rapport de l’ONU sur le problème dans la région des pays Baltes;
• une étude des tendances du crime organisé au Canada;
• et une étude européenne de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et al. sur les risques que pose la traite des femmes et des adolescentes-adolescents pour la santé.

Il y avait aussi une étude de l’Université de l’Alberta sur les mariages par correspondance à l’échelle internationale. La recherche à l’aide de Google Scholar a révélé que des exemplaires imprimés du rapport se trouvaient dans des bibliothèques au Canada, au Vermont, au Connecticut, à New York, au New Jersey et dans le district fédéral de Columbia. Une recherche en français à l’aide de Google Scholar, effectuée en 2006,
a relevé trois citations du rapport McDonald et al. dans des travaux universitaires en français.
Comme le programme du FRP a attiré plusieurs des meilleurs spécialistes de l’ensemble du Canada, le travail de Condition féminine Canada a aussi été reconnu par l’intermédiaire de la réputation de ces chercheuses-chercheurs. Beverley Baines, professeure de droit et en études de la condition féminine à l’Université Queen’s[5], est la coauteure des études
sur la polygamie du FRP compilées en 2005. Elle est aussi coauteure d’une publication récente du FRP sur les incidences juridiques de la reconnaissance au Canada des mariages polygames conclus à l’étranger.
[Traduction] Mes activités de recherche avec le FRP, sur des questions macroéconomiques, le travail non rémunéré et la politique sociale, m’ont donné la possibilité d’étudier des questions d’actualité et pertinentes socialement… Les études publiées ont, à leur tour, eu des incidences sur les discussions théoriques dans le domaine de l’égalité entre les sexes et de l’économie.
– Isabella Bakker, Ph.D.

À titre de spécialiste respectée des questions constitutionnelles, elle est invitée fréquemment à prononcer des allocutions à l’étranger. À l’automne de 2006, des invitations à être conférencière en provenance des facultés
de droit, de différences entre les sexes, de féminisme et d’égalité à l’Université d’Oslo et de la faculté de droit de l’Université Hofstra, lui ont permis de faire connaître les rapports du FRP à ses auditoires, ce qui a été très bien accueilli dans les deux cas.

Une autre universitaire reconnue à l’échelle internationale, Isabella Bakker, a participé très tôt au programme du FRP, quand CFC a publié sa recherche, Travail non rémunéré et macroéconomie, en 1998. Elle y est revenue, au début de 2007, pour remettre au FRP une évaluation de la politique sociale canadienne sur une période de 10 ans. Dans les années qui se sont écoulées entre 1998 et 2007, elle a poursuivi une carrière de professeure et de présidente, Département de sciences politiques, Université York. Les projets de consultation ont inclus du travail auprès d’organismes de développement au Canada et des Nations Unies, du Secrétariat pour les pays du Commonwealth et de l’APEC. Elle est aussi devenue titulaire
d’une bourse d’études Fulbright du nouveau siècle.

La recherche de 2003 sur le rapport Travail non rémunéré et macroéconomie a suscité 242 occurrences en anglais, y compris les listes de lecture de quelques cours universitaires canadiens, des publications de l’UNIFEM et du Secrétariat pour les pays du Commonwealth ainsi que des références d’origine italienne et allemande. Le rapport était aussi mentionné dans une analyse de la répartition des indemnités aux familles des victimes des attentats du 11 septembre.

La recherche en français effectuée en 2003 a relevé 38 occurrences,
y compris dans un atelier du Programme des Nations Unies pour le développement. Le rapport n’a pas fait partie de la recherche effectuée en 2004, mais une mise à jour effectuée en 2006 (en utilisant les mêmes
termes pour la recherche que ceux utilisés en 2003) a mis en lumière la croissance remarquable de l’utilisation d’Internet et l’importance de ce rapport particulier à l’échelle mondiale. Une recherche générale en anglais à l’aide de Google a relevé 14 700 occurences. En plus des résultats obtenus en 2003, le rapport Travail non rémunéré et macroéconomie a encore été cité :

• dans un site de l’UNIFEM sur les questions d’égalité entre les sexes en Égypte;
• dans une conférence nationale sur les femmes en milieu rural qui a eu lieu au Royaume-Uni;
• dans un document de travail de la School of Oriental and African Studies, University of London;
• en Afrique du Sud, dans un document d’orientation sur les connaissances en matière de féminisme;
• dans un manuel sur les sexes et l’économie du Royaume-Uni;
• dans des sites Web de l’Université de Melbourne, en Australie, d’une université italienne, de Harvard University et de Johns Hopkins University;
• dans un séminaire sur les politiques publiques en Amérique latine;
• dans une conférence régionale sur les femmes en Amérique latine;
• dans une conférence sur les femmes coréennes;
• dans un atelier de l’ONU sur les incidences des politiques sur l’utilisation du temps à Bangkok.

Une recherche effectuée à l’aide de Google Scholar a ajouté :

• le Royal Tropical Institute aux Pays-Bas;
• plusieurs revues savantes;
• la Osgoode Hall Law School et d’autres facultés au Canada;
• un service bibliothécaire et institut d’études féminines en Espagne;
• un document d’un groupe de femmes qui porte sur l’élaboration d’un budget qui tient compte des répercussions sur les femmes et les hommes; et une référence dans une bibliothèque en Allemagne.

La recherche effectuée à l’aide de Google Scholar a relevé 11 citations du document Bakker dans d’autres publications de chercheuses-chercheurs canadiens et italiens. Malgré le fait que Mme Bakker soit une auteure prolifique dans son domaine de spécialisation, cela place le rapport de
CFC à égalité au sixième rang de toutes ses publications. Les bibliothèques universitaires de l’ensemble du Canada possédaient un exemplaire imprimé dans leur collection, imitées en cela par celles de University of Georgia et de University of Washington. Une recherche en français effectuée à l’aide de Google Scholar a donné généralement les mêmes résultats que ceux obtenus en anglais.

La recherche que le Fonds soutient… dévoile les lacunes réelles qui doivent être comblées et auxquelles il faut remédier… [et] constitue un catalyseur pour les universitaires et les activistes qui veulent combler les lacunes, non seulement sur le plan théorique, mais aussi sur le plan pratique. La série de rapports sur les politiques du Fonds de recherche en matière de politiques que CFC a publiée au fil des années a eu des incidences importantes sur les universitaires et les étudiantes-étudiants canadiens ainsi que sur les collectivités et les politiques.
--Mme Evangelia Tastsoglou, professeure et présidente, Sociologie et criminologie,
Université Saint Mary’s.Les rapports du FRP ont fait plus que de bien se comporter sur la scène mondiale. Les mêmes critères que ceux qui ont été utilisés au Canada ont été appliqués à l’échelle internationale. Des publications de la Banque mondiale, de la Brookings Institution et des bureaux fédéraux des femmes de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie et de la Grande Bretagne, qui portaient sur des thèmes semblables à ceux des rapports du FRP, ont fait l’objet d’une vérification pour voir comment elles se comparaient à celles du FRP. Dans tous les cas, les rapports du FRP arrivaient à égalité ou surpassaient les publications des autres pays en ce qui concerne les occurrences trouvées à l’aide de Google Scholar.

Un héritage durable

Le Fonds de recherche en matière de politiques était unique au Canada,
et, peut-être, dans le monde, du fait qu’il se concentrait sur la recherche
en matière de politiques fondée sur les différences entre les sexes. Les publications distinctives du FRP, aux tons de bleu et de vert, remplissent les rayons des bibliothèques des universités, des bureaux des analystes des politiques et des juges. Elles sont des rappels visibles des connaissances produites par le Fonds de recherche en matière de politiques durant ses 10 années d’existence au sujet des questions qui touchent la vie des femmes. Le Fonds a atteint son but qui consistait à fournir un point de
vue axé sur les différences entre les sexes dans les discussions sur les politiques et de susciter l’établissement d’un réseau de chercheuses féministes qui possèdent une expertise dans la recherche sur les politiques. La politique est essentiellement une affaire de pouvoir. Les façons d’aborder les politiques en tenant compte des différences entre les sexes, par leur nature même, élargissent nos conceptions du pouvoir et de ses incidences sur la vie des gens. Mais une bonne élaboration des politiques exige une bonne recherche fondée sur les données probantes. Les publications du FRP ont porté à l’attention des décisionnaires la réalité
de la vie des femmes et de leur lutte pour en arriver à une participation pleine et égale. Leur apport est inestimable.

[1] La recherché effectuée en 2006 a recouru aux outils suivants : Dialog ONTAP Social SciSearch, l’Index de périodiques canadiens, Contemporary Women’s Issues, Wilson Web, Dialog ONTAP Arts and Humanities Search et Quick Law.
[2] Tirage de 3 000 X 3 lectrices-lecteurs pour chacune des X 209 citations = 1,9 million de lectrices-lecteurs. Tirage de 34 500 X 3 lectrices-lecteurs pour chacune des X 209 citations = 21,6 millions de lectrices-lecteurs.
[3] Mme Young, Ph.D., est doyenne adjointe, Affaires académiques, Faculté de droit, Université de la Colombie-Britannique. Elle s’intéresse à la recherche qui porte sur les femmes et la fiscalité. Sa bibliographie comprend plus de 32 livres, articles, essais et rapports commandés. Outre ses tâches à l’Université de la Colombie-Britannique, Claire est membre de l’équipe de recherche Secrétariat pour les pays du Commonwealth-CRDI qui travaille sur le Gender Responsive Budget Project (projet du budget qui tient compte des différences entre les sexes). Elle a été la présidente invitée, Women and the Law, University of Australia, en 1999.
[4] Mme Fiske est professeure à l’University de Lethbridge. Elle s’intéresse à l’anthropologie juridique, à la théorie féministe, à la justice sociale, aux femmes autochtones, aux relations intergouvernementales et à l’économie politique. Mme Fiske est la coauteure, en tant que partie à la compilation, du rapport Les femmes des Premières nations, la gouvernance et la Loi sur les Indiens, produit en 2001. En 2003, la recherche générale effectuée à l’aide de Google avait obtenu 40 occurences du rapport Fiske et al, la plupart étant reliées au site de CFC. En 2006, le nombre d’occurences a atteint 296, la recherche ayant été encore plus circonscrite en ajoutant les noms des coauteures. Nous avons trouvé des liens avec des bibliographies bilingues sur certaines questions autochtones particulières dans les sites d’Affaires indiennes et du Nord Canada, de l’Université de Winnipeg, du Centre de gouvernance des Premières nations et du Cercle d’apprentissage à la petite enfance autochtone.
[5] Mme Baines enseigne le droit public, le droit constitutionnel et l’égalité de droit entre les sexes à l’Université Queen’s. Elle a été conseillère constitutionnelle auprès de groupes de femmes qui cherchaient à enchâsser les droits des femmes à l’égalité dans la Charte au début des années 1980 et a continué de manifester un vif intérêt pour l’interprétation que la Cour suprême du Canada fait de ces droits.